Ressasser le passé fait partie du genre humain. Nous ressassons tous.tes plus ou moins dans notre vie et c’est tout à fait classique. Mais savez-vous qu’à force de ressasser, la négativité prend le dessus sur vous ? 

J’aurais pu faire ceci ou comme cela… j’aurais dû dire quelque chose… il fallait que je le fasse… 

Le ressassement est un nouveau mal contemporain, envahissant et exténuant. Il peut prendre de multiples formes, telles que l’inquiétude, la contrariété, l’anxiété. Mais ce mécanisme est dû à une émotion en particulier, la peur. 

Les ruminations mentales (oui oui, apparement, ça se dit) sont indirectement liées à la peur. La peur de décevoir par exemple. Ou bien la peur de rater quelque chose, de ne pas être parfait.e, etc… Mais tout d’abord, essayons de comprendre ce que veut dire exactement “ressasser”. Pourquoi le fait-on tous.tes, plus ou moins dans notre vie ? Pourquoi le fait de ressasser le passé est mauvais pour nous sur le long terme ? Enfin, comment réussir à moins ressasser le passé ? J’essaierais de répondre à toutes ces questions aujourd’hui.

Que veut-dire ressasser ?

Ressasser veut tout simplement dire le fait de répéter sans cesse ce qui a été dit. Revenir sans cesse à une idée, un souvenir déplaisant. On essaye constamment de se refaire le scénario en tête (ou à l’oral si l’on parle à quelqu’un) pour savoir ce que l’on a fait de travers et ce que l’on aurait pu faire pour mieux gérer la situation. 

Attention, ressasser ne veut pas dire forcément analyser la situation. Vous pouvez tout à fait être dans l’analyse de la situation pour, peut-être, vous permettre de vous améliorer une prochaine fois. Analyser et ressasser sont deux actions bien distinctes. L’analyse nous permet de comprendre certaines choses sur notre vécu et aide à nous développer, à nous améliorer (sans être dans la sur-analyse bien entendu). Tandis que ressasser ne nous apporte que le côté négatif de la situation. Vous ne voyez que les aspects mauvais qu’il vous faut absolument déconstruire dans votre tête et cela vous obsède. 

Vous connaissez sûrement ce principe de “se prendre la tête” sur quelque chose en particulier et ne pas arriver à l’oublier, à passer à autre chose. 

Ah le fameux “passe à autre chose”, je suis sûre qu’il vous déplaît lorsque vous êtes en plein dans le mode “ressassement” !

Pourquoi ressassons-nous ?

D’après une étude américaine menée sur 1300 personnes choisies au hasard, on a pu découvrir que 63 % des jeunes adultes et 52 % des quadragénaires peuvent être considérés comme des “overthinkers”, que l’on peut traduire par des “ressasseurs.es”. Une hyperactivité mentale qui nous pousserait à consommer plus d’alcool ou d’antidépresseurs.

« c’est une manifestation d’hypersensibilité qui entraîne des torrents de préoccupations ».

D’après la psychologue américaine Susan Nolen-Hoeksema

Serait-on alors plus sujet à la rumination mentale si l’on est hypersensible ? Telle est la question ! 

Lorsque nous ressassons, nos pensées négatives s’accroissent comme le départ d’un feu par exemple. Au début, nous nous concentrons sur l’événement qui vient d’arriver et nous tracasse. Puis, ces fameuses pensées entraînent une visualisation d’autres situations passées, mêlant le doute et la peur dans notre esprit.

Vient alors ce tourbillon d’idées, causant le chaos dans notre tête, qui définit la rumination mentale. 

Lorsque nous ressassons, nous sommes incapables d’adopter une pensée sensée. Car, d’après le psychanalyste Norbert Chatillon, «penser c’est être capable de différencier, de nommer et d’associer ».

Cependant, la rumination ne nous permettrait pas de distinguer ce qui a vraiment du sens pour nous. À tel point que nous n’arrivons pas à distinguer les problèmes réels, ceux qui sont le plus importants pour nous. C’est un peu comme un tsunami d’émotions qui nous empêcherait de réfléchir correctement et avec sens, à la situation vécue. 

Par exemple, lorsque mes pensées moulinent dans ma tête, j’essaie alors de réfléchir au sens de la situation et à lui trouver une potentielle issue, mais cela m’est impossible. Pourquoi donc ? Car la manière de vivre ses propres émotions peut parfois nous transporter et nos pensées ne sont plus claires du tout.

Le secret serait-il dans la gestion de nos émotions ? Décidément, je déteste ce mot “gestion”, du moins pour parler de notre contrôle sur nous-même.

Pourquoi ressasser le passé est mauvais pour nous ?

Sur le long terme, ressasser le passé est un trouble qui peut mener à une dépression ou à une angoisse chronique (qui revient sans cesse, régulièrement). Cette tornade d’émotions ne peut être expliquée que par la tristesse ou l’anxiété. Car, contrairement aux personnes anxieuses, les ressasseur.ses ne sont pas dans le “et si ?” car elles sont convaincues que le pire s’est déjà produit. Les anxieux.ses pensent, réfléchissent au futur, à ce qui pourrait potentiellement se passer. Tandis que les ressasseurs.es se préoccupent de ce qui est déjà arrivé, donc le passé. 

La rumination peut prolonger vos épisodes de dépression. C’est le serpent qui se mord la queue. Plus vous broyez du noir, et moins vous arriverez à en sortir. Bien-sûr, tout cela n’est pas facile et nous sommes tous inégaux face à ce trouble. Mais déjà, en être conscient.e peut vous aider à améliorer la situation.

Comment moins ressasser le passé ?

Je ne dirais pas “comment arrêter de ressasser”, car je pense que c’est humain et qu’il est impossible de s’en défaire complètement. Mais par contre, nous pouvons apprendre à moins le faire sur le long terme. Car c’est un exercice, un entraînement du quotidien. Une personne qui ressasse a toujours l’impression d’être menacée. Cela peut être une menace d’abandon, de rejet ou de renvoi par exemple. Puis, la peur s’installe, déclenchant alors cette rumination mentale, ce tourbillon de pensées négatives. Une sorte de fuite de la réalité présente pour se focaliser sur le passé, l’événement en question.

Aujourd’hui, nous sommes constamment bombardés d’informations. Notre cerveau est alors en surchauffe, nous poussant à trouver des solutions pour tout. Et tout cela affecte également nos émotions. Car encore une fois, tout est lié. Mais au lieu de trouver des solutions, nous nous retrouvons dans ce cercle vicieux, car nous subissons notre peur au lieu d’essayer de la comprendre et d’agir en conséquence. Attention, je ne blâme personne en disant cela. Il est très difficile de sortir de ce cercle, de ce fameux tourbillon. 

A notre époque, nous sommes bien plus libres qu’autrefois d’exprimer nos émotions, quelles qu’elles soient. Le problème étant que ce trop plein d’émotions parfois, est si fort qu’il paraît nous submerger.

Il ne reste plus qu’à trouver la solution : que fait-on de toutes ces émotions ? 

Voici quelques conseils pour essayer de moins ressasser le passé :

1- Pardonner aux autres. Nous verrons d’ailleurs ce point dans un prochain chapitre.

2- Utiliser la pensée positive. Pratiquer la pensée positive, vous permettra d’avancer en vous écoutant et en ayant confiance en vous et en la vie.

3- Pratiquer la gratitude. Apprendre à voir ce qu’il y a de beau et de bon dans votre vie, vous permettra de vous redonner confiance en vous. Vous pouvez, par exemple, remercier la vie, tous les soirs, pour cette nouvelle journée pleine de rencontres incroyables.

4- La méditation. Rien de mieux que de méditer pour penser à l’instant présent et se focaliser sur son bien-être. Les pensées négatives devraient peu à peu s’estomper.

5- Se féliciter. Comme dans le cahier des petites victoires. On se félicite de ses avancées et de ses réussites, aussi petites soient-elles.

6- Participer au bonheur des autres. En contribuant au bonheur d’autrui, vous serez étonné.e de découvrir le bonheur que cela vous procure. Essayez, vous verrez.

7- Apprendre à vivre le moment présent (qui fera également l’objet d’un prochain épisode, alors je ne vous en dis pas plus pour le moment).

8- Se pardonner à soi-même. Peut-être le plus dur à faire. Mais c’est un long chemin à parcourir que vous n’êtes pas obligé.e de faire seul.e.

Et vous ? Ressassez-vous ?

Souvent ? Jamais ? Quelles sont vos solutions ? Vous avez peut-être parfois cette impression de tourbillon de pensées négatives ? 

Vous pouvez me répondre de plusieurs façons :

J’ai hâte de lire vos réponses !

Pour conclure, ressasser est un trouble de plus en plus répandu dans le monde moderne. Un monde où nos pensées sont constamment en surchauffe et à la recherche du bonheur (oui, comme le film). Les considérer est une bonne chose, prenez le temps de comprendre ce qu’il vous arrive, pour ensuite peut-être faire appel à un.e professionnel.le de santé pour vous accompagner dans votre guérison. Vers plus de légèreté, pour enfin pouvoir profiter de l’instant présent… D’ailleurs, c’est le sujet de la semaine prochaine. J’ai hâte de vous en dire plus. Bonne rentrée !

Si vous aimez la musique du générique, elle est réalisée par S_Coast.

Le podcast est disponible sur toutes les plateformes d’écoute : Cliquez sur l’image ci-dessous !

Vers Do